Anne, donne son ressenti sur la construction de sa maison à Saint-Pierre-de-chartreuse

Anne est la propriétaire d’une maison à Saint Pierre de Chartreuse, près de Grenoble. kokeliko a réalisé cette maison il y a quelques années. Elle revient sur les étapes de constructions.

Anne, tu as choisi de construire une maison en bois. Est-ce que tu peux nous expliquer tes choix et la façon dont tu vis la maison ?

Le choix d’une maison en bois, c’est que je voulais une maison d’une part sobre en énergie, et d’autre part construite avec des matériaux aussi locaux que possibles, ainsi que sains et simples. Et comment je vis la maison ? Je la vis très bien en toute saison, ce qui est important parce qu’on pense souvent à la saison d’hiver, mais la saison d’été a aussi ses contraintes thermiques notamment. C’est une maison très agréable, chaleureuse, confortable.

On est à 1100 m d’altitude dans une zone de montagnes, tu consommes combien de stères de bois par hiver ?

Pour un hiver normal, à peu près une dizaine de stères de bois sur l’année complète.

Anne, une question importante qu’on peut se poser quand on entreprend une construction, c’est celle du chantier, est-ce que tu peux nous parler du déroulement du tien s’il te plait ?

Pour le chantier, je distinguerai l’intervention de l’entreprise charpente bois ossature bois du reste des lots. L’intérêt de choisir une maison ossature bois, c’est que la construction du volume global se fait très vite. Cela s’est très bien passé et très vite, de manière très rigoureuse.
L’intérêt c’est qu’effectivement en quelques jours, en disons maximum deux semaines, on voit l’ensemble du volume se construire, et cela est très satisfaisant, très agréable de voir la maison se construire très vite. Ensuite, bien sûr toute la partie seconde œuvre prend davantage de temps. Tout n’est pas parfait, toute la partie maçonnerie est un peu plus difficile avec de petites choses moins satisfaisantes, le chantier s’est passé sur une durée de plusieurs mois, mais avec une première partie très rapide pour la construction en bois.

Maintenant que tu as l’expérience de la construction d’une première maison. Si tu avais des choses à revoir ou à repenser, qu’est ce que ce serait ?

Alors déjà, si c’était à refaire, je repartirais sur le même mode de construction, vraiment c’était une bonne expérience. S’il y avait des choses à repenser, c’est par rapport à l’ensoleillement et aux côtés passifs de la maison. Il faut vraiment penser aux casquettes de protection solaire qui ici sont faites grâce aux dépassés de toiture et aux balcons. Vraiment de manière très précise, parce que s’il y avait un petit problème ce serait celui d’une légère surchauffe à certains moments durant les mois d’été ou même de demi-saison là où le soleil est encore relativement bas.

Voilà donc, la question peut être la casquette, et le rapport du volume des pièces par rapport à l’orientation sud. Je pense à une des chambres qui est assez petite orientée plein sud, très vitrée. Et avec l’expérience et à l’usage, je trouve que le volume est trop petit par rapport à l’ensoleillement, ce qui crée de légères surchauffes. Avec la ventilation naturelle, c’est un problème qui est surmontable, mais cela fait partie des choses auxquelles je ferais attention si je devais recommencer l’expérience. Voilà, c’est essentiellement ces questions-là.

Par ailleurs, si c’était à recommencer, il y a vraiment une chose que je regrette beaucoup sur cette expérience-là : c’est de ne pas avoir pu aller au bout du projet dans sa logique énergétique. Notamment, je n’ai pas pu faire installer les panneaux thermiques qui étaient prévus sur la toiture sud pour des raisons de réglementations architecturales locales. C’est un grand regret parce que de ce point de vue là, la maison n’est pas tout à fait aboutie. Cela n’a pas pu se faire pour des raisons culturelles liées à l’environnement local. Je pense qu’il faut que l’ensemble des acteurs de la construction, y compris côté règlement d’urbanisme évolue, encore de ce point de vue là, de manière à pouvoir mener au bout ce type de projet à la fois sobre en énergie et éventuellement producteur d’énergie. Cela me semble une question fondamentale aujourd’hui.